Wimbledon : Marion Bartoli sacrée !

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

 

Marion Bartoli a conquis le titre à Wimbledon samedi au terme d'une démonstration face à l'Allemande Sabine Lisicki (6-1,6-4 en 1h21'), qui s'est, elle, totalement effondrée sous l'enjeu et réveillée bien trop tard à 5-1.

Marion Bartoli avec le trophée. (Reuters)

Marion Bartoli avec le trophée. (Reuters)
Marion Bartoli est définitivement rentrée samedi dans l'histoire du sport français. Finaliste en 2007, la Française a conquis le titre à Wimbledon sept ans après le triomphe d'Amélie Mauresmo. A sa 47e participation à un tournoi du Grand Chelem, après 7 ans passés dans le Top 20, elle a décroché son rêve au terme d'un match où son adversaire Sabine Lisicki (6-1, 6-4) a tout simplement grillé tous ses fusibles, tétanisée.

A lire aussi

Bartoli avait prévenu que les premiers jeux du match seraient importants et elle ne s'est pas trompée : quand Lisicki a cédé le break obtenu sur le premier jeu du match, toute la pression lui est soudain tombée sur la tête. Plus de service, plus de coup droit, plus de lucidité : cette machine de puissance a explosé sous l'enjeu et la détermination adverse. Bartoli, elle, les nerfs glacés et le poing serré n'a pas dévié de sa route. Jouant très vite, coupant parfaitement les trajectoires, elle a neutralisé la puissance adverse. Celle qui occupera lundi la 7e place mondiale n'a pas lâché un point comme lors de ce jeu de 4-1 service Lisicki dans la première manche. Elle a aussi très bien négocié ce premier jeu du deuxième set quand, après une longue pause et une mise en jeu gagnée, l'Allemande s'est révoltée en se procurant quatre balles de break. En vain.

Toutes les voies mènent au Graal

Rien n'y a fait : c'était le jour de Marion. Très agressive, incroyablement véloce dans ses déplacements, la Tricolore a enfoncé la tête de Lisicki sous l'eau jusqu'à ce que la tombeuse de Serena Williams, Samantha Stosur ou encore Agnieszka Radwanska se résigne. Elle ne deviendra pas la première Allemande titrée en Grand Chelem depuis Steffi Graf à Roland-Garros en 1999. Et franchement samedi, elle n'en a pas eu la carrure, peut-être aussi rattrapée par les batailles livrée lors de cette quinzaine. Mais la différence du jour s'est surtout faite dans la tête. Et encore une fois, Bartoli a prouvé que là-haut elle était taille cador. Il fallait avoir les nerfs solides après ces trois balles de match manquées à 5-2 et le débreak subi dans la foulée (5-4).
Il fallait la voir sur ce match monter à la volée, réussir des coups gagnants en bout de course, des passings de gala ou enchaîner les séquences en cadence à la mode Monica Seles. Après une saison très compliquée, après une profonde remise en question, la nouvelle star du tennis français est allée chercher son Graal sur un jeu blanc admirable. Il fallait la voir sur ce match monter à la volée, réussir des coups gagnants en bout de course, des passings de gala ou enchaîner les séquences en cadence à la mode Monica Seles. Bartoli est ainsi devenue la première joueuse de l'histoire à conquérir Wimbledon sans battre une seule joueuse du Top 10. On savait qu'une outsider allait profiter de l'hécatombe de 2013, et quelque part cela semble un formidable coup du destin que ce soit Bartoli qui y parvienne. Elle a été moquée pour ses drôles d'échauffement ou mimiques en matches, jugée illégitime dans le Top 10, pas assez mince au goût de certains et souvent regardée de travers pour ses refus de jouer en Fed Cup, mais elle n'a jamais baissé la tête. Il n'y a pas qu'une seule voie vers la victoire en Grand Chelem et Bartoli vient de le prouver. A force de confiance et de travail, la Française a réussi ce qui avait été catalogué impossible : devenir une gagnante de Grand Chelem.

Carole BOUCHARD à Wimbledon - http://www.lequipe.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article