Vidéo Free Sex : Rémi Gaillard accusé de banaliser la violence sexuelle et le viol

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !



 
 
 
 

L’humoriste Rémi Gaillard mime des actes sexuels en pleine rue avec des inconnues dans sa dernière vidéo mise en ligne sur le net.

Un sketch qui rovoque un vraie polémique et la colère de plusieurs associations.

Grâce au principe de la profondeur de champ, il donne l'impression avoir des rapports sexuels avec des passantes anonymes.

Plusieurs associations voient dans le sketch de Rémi Gaillard une incitation au viol par la banalisation des actes sexuels non consentis.

Sur le site du Nouvel Obs, Dom Bochel Guégan écrit:

"Il s'agit bien là d'une banalisation de la violence sexuelle dont nous toutes avons été ou serons un jour victimes.

Une agression sexuelle, ce n'est pas que le viol, c'est la main qui se glisse dans la raie de tes fesses, ou le doigt qui insidieusement tente de s'introduire dans ton vagin au travers de ta culotte quand tu portes une jupe, c'est la main qui attrape l'un de tes seins à la faveur d'une secousse de métro, c'est celui qui se branle devant toi, assis dans la rame du RER, te fixant droit dans les yeux et jouissant au sens propre comme figuré de ton malaise"

Sur son blog, « Une Jeune Idiote » , a quant a elle publié un billet dans lequel elle explique qu’elle « n’a pas pu aller jusqu’au bout (de la vidéo) tellement {elle} a été submergée de malaise ».

Et d’ajouter : « Je me suis imaginée refaire mon lacet dans la rue et me rendre compte que depuis 20 secondes, un mec simulerait un coït sur moi par trompe l’œil pour une caméra. Je me suis mise à la place de ces femmes qui se retournent sur ce type dégueulasse, sidérées, je me suis dit qu’à leur place je me serais sentie si sale…».

«Bienvenue dans le monde du bitard decomplexé, Remi Gaillard », a pour sa part tweeté, le compte « Antisexisme » .

Du côté de Libération, c'est un article complet qui est consacré à cette affaire.

Sur son blog, la féministe Daria Marx estime qu’avec ce genre de petit film, «l es femmes sont donc les victimes potentielles permanentes des violences des hommes. Plus seulement les "salopes", les "bourrées", les "faciles", les "habillées trop court". Toutes.».

 

Par http://www.jeanmarcmorandini.com

 

A vous de juger

 

 


Publié dans Médias

Commenter cet article