Twitter, une arme à double tranchant pour les politiques

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

Les réseaux sociaux, et notamment Twitter, se sont solidement installés dans le paysage politique français. La consécration est arrivée jeudi 16 mai lors de sa deuxième grande conférence de presse. Sur son écriteau, François Hollande avait l'adresse du compte Twitter de l'Elysée (@Elysee) et le hashtag pour suivre les messages reliés à la conférence : #confPR.

Pour certains politiques, Twitter est devenu une arme de communication directe. "Quand je fais un communiqué à l'AFP, vous le lisez, vous, les journalistes. Mais je ne suis pas sûr que tous les concitoyens le lisent. Et avec le relais de Twitter, on touche un public beaucoup plus vaste", explique l'ancien Premier ministre Alain Juppé, actuel maire UMP de Bordeaux (Gironde).

Mais Twitter est également un espace d'expression spontanée et les politiques peuvent parfois déraper. Christine Boutin, la présidente du Parti chrétien-démocrate, a créé la polémique à plusieurs reprises avec ses messages. Ce fut également le cas du député UMP du Var Jean-Sébastien Vialatte. Lors des débordements qui ont émaillé lundi le sacre du PSG au Trocadéro, il avait écrit "les casseurs sont sûrement des descendants d'esclaves ils ont des excuses #Taubira va leur donner une compensation !", avant de l'effacer quelques minutes plus tard. Mais la polémique était déjà lancée.

 

 

Publié dans Dans l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article