Quand les Américains attaquent la laïcité française

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

 

Nos lois sur l’interdiction des signes religieux ostentatoires à l’école et du niqab salafiste, mais aussi notre dispositif pour combattre les aberrations des sectes, déclenchent les foudres de la Commission américaine sur les libertés religieuses internationales. Voilà épinglée, dans son rapport 2013, notre « laïcité française agressive » ! Le fossé se creuse entre un communautarisme US intégral et une exception française à défendre plus que jamais, ici et maintenant.


Francois Mori/AP/SIPA
Francois Mori/AP/SIPA
Agresseurs, nous sommes. Violeurs de libertés, discriminateurs, bourreaux des mœurs éminemment spirituelles qui consistent à se voiler intégralement la face ou à donner tous ses sous au gourou de la secte la plus proche de chez soi. Yes ! On est comme ça, nous les Frenchies, à lire le rapport 2013 de la très officielle Commission américaine sur les libertés religieuses internationales.

Certes, nous n’occupons que quelques pages de cet opus volumineux : mais c’est tout de même un comble de retrouver notre accorte Marianne laïque coincée entre l’Iran, le Pakistan, le Vietnam, l’Arabie Saoudite et cents autres objets divers de l’odyssée anti-libertés.  Une véritable embuscade que nous ont tendue là les  dignes auteurs du rapport ! Ils nous ont même mis à la colle  avec les groupes racistes grecs, néerlandais, danois, les raseurs de minaret suisses et autres bouffeurs d’altérité dangereuse.  N’en jetez plus, de grâce, divins seigneurs d’outre-Atlantique,  notre laïcité, pour vous,  est à jeter au fond de la poubelle.
Pour en juger, quelques verbatim en vrac : « Elle place les personnes religieuses dans des positions inconfortables et difficiles en ce qui concerne le plein exercice de leurs convictions religieuses... »
« Les restrictions mises au port du foulard à l’école limitent les chances d’intégration et de réussite dans la société des jeunes filles musulmanes qui portent le foulard... »
«  Les lois concernant la burqa et le niqab islamique posent clairement un problème de discrimination,  s’attaquent aux droits des parents et à la liberté des choix... »

Les experts déplorent que « s’en tenant à une stricte interprétation de la laïcité, le gouvernement français n’autorise pas les fonctionnaires à porter des vêtements religieux au travail... » 
Ils s’affolent en constatant qu’en  janvier 2013, « le président Hollande a même appelé à renforcer cette loi pour l’appliquer au secteur privé... » .  Ceci vous vise directement, lectrice et lecteur qui soutenez la directrice de la crèche Babyloup, récemment lâchée par la Cour de Cassation brutalement acquise  aux raisons d’une employée voilée. Où l’on voit que la modeste affaire de Chanteloup-les-Vignes a franchi l’Atlantique pour faire s’étouffer de rage les clercs de la docte Commission américaine. 
Naturellement, le texte convoque les différentes réprimandes de la Cour européenne des droits de l’homme, qui s’est toujours alignée sur la version communautariste des libertés. Celle que la France récuse car elle officialise l’assujettissement de l’individu aux croyances et la primauté du confessionnalisme sur la république. Poussée à l’extrême, plus loin vers l’Orient, cette voie conduit directement au Liban...où vient précisément de se produire une petite révolution : le premier mariage civil, loin de l’imam et du curé qui, comme le rabbin en Israël, contrôlent toute l’existence humaine, de la naissance à la tombe. 

On exagère ? A peine. L’exception laïque française – que l’on compare à tort à l’expérience turque ou indienne- est la seule qui ait osé arracher le destin individuel au grand étouffement religieux collectif.  Cachez ces grigris, tant pis, qui font dérailler la raison !  Nous sommes des intégristes devant une burqa jugée digne alliée de l’intégration par les adeptes du « french bashing » ?  Quel renversement systématique du bon sens... Ce discours très américain – on n’oublie pas l’ode inutile d’Obama au voile islamique lors de son discours du Caire en 2009- réjouira  les adeptes du néo- blabla français sur la « laïcité à moderniser ». Un  faux-nez chargé de justifier, au nom des libertés, la régression des libertés. « Nous sommes toutes des femmes voilées ! » glousse, en ce moment, une volière de pétitionnaires archaïques, en riposte au projet d’une nouvelle loi renforçant l’obligation de laïcité au contact de l’enfance ( voir le site d’Oumma.com).

Et, voyez comme tout se tient, c’est aussi notre politique de lutte contre les sectes que dénonce le rapport avec vigueur. « Sectes » ? Un vilain mot d’après nos bons auteurs. Un adjectif sale dont nous usons à plaisir contre de beaux esprits traqués : créationnistes, Scientologistes, Témoins de Jéhovah... La mission interministérielle créée en 1998  ( Miviludes), le lancement en décembre 2012 par François Hollande de l’Observatoire national de la laïcité, sont relevés comme autant d’objets suspects. 
 
Pourquoi tant de haine ? Dans sa récente « Histoire religieuse des Etats-Unis » ( Flammarion) l’historien Lauric Henneton rappelle les derniers sondages sur l’imprégnation de la croyance outre-Atlantique. 92% des Américains se disent croyants, 71% sont « absolument certains » de l’existence de Dieu, 75% prient chaque jour, 60% une fois par semaine...
Pas étonnant, dans cette sainte ambiance, qu’avec notre laïcité, ils  nous envoient au diable !
Par Martine GOZLAN - Marianne
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article