PSA : les Chinois à la rescousse ?

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

Le dragon chinois va-t-il engloutir le premier constructeur français ? Ou bien sauver PSA, dont les ventes sont en chute libre ? C'est le cas de conscience qui se pose aujourd'hui à l'entreprise et à l’État français.

 

 

 

La Chine va-t-elle faire main basse sur une des plus vieilles entreprises françaises ? Dongfeng, le géant de l'automobile chinois, envisage de rentrer au capital de Peugeot Citroën. En Chine, l'entreprise française est déjà partenaire du constructeur dans trois usines. Le projet lui permettrait d'augmenter son capital de 3 milliards d'euros : 50 % pour l'Etat, 50 % pour Dongfeng.

PSA ne confirme pas, mais dit "étudier de nouveaux projets de développement industriel et commercial avec différents partenaires". Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, ne dément pas, et dit vouloir "consolider le partenariat industriel". Des incertitudes qui ne rassurent pas la Bourse - le titre dégringole, et les salariés s'inquiètent. 

En cas d'alliance, la famille Peugeot perdrait le contrôle de son entreprise : une première en deux cents ans.

Commenter cet article