Porno : tour du monde (du plaisir) en solitaire

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

 

PornMD, un agrégateur des sites de vidéos pornographiques les plus fréquentés, a enregistré les mots clés les plus tapés dans la plupart des pays du monde entier. Evidemment, on peut douter de la fiabilité de l’outil. On sait pertinemment que les statistiques c’est comme les strings, ça montre tout sauf l’essentiel. Mais les résultats sont si étonnants qu’on vous invite à y jeter un oeil... Voyeur.


Porno: tour du monde (du plaisir) en solitaire

Aujourd'hui, la pratique de la masturbation est étroitement liée aux vidéos pornographiques en streaming qui pullulent sur internet. Ces dernières sont regroupées sur des sites qui les classent en différentes catégories. Chaque catégorie est résumée en un « tag », un mot-clé, qu'il suffit de taper dans un champ de recherche, comme lorsque l'on fait une recherche sur Google ou Yahoo. Et il existe des agrégateurs de site, qui proposent des champs de recherches couvrant l'ensemble des sites internet où ces vidéos pornographiques sont stockées. L'un de ces agrégateurs à décidé de compiler les informations obtenues grâce aux recherches des utilisateurs et livre aujourd'hui les résultats, sous forme d'un top 10 des mots clés pornographiques les plus utilisés dans chaque pays du monde. Pour donner un exemple concret, le mot clé « prostate » est le plus utilisé en Israël !

Qui a dit que le patriotisme était mort dans les pays européens ? En Espagne du « spanish », en Italie de l’ « italian » et en France du « french » et… de la « beurette ». En Europe de l’Est c’est plus glauque. La Roumanie se démarque avec un « Mom and son » (rapports incestueux entre mère et fils) particulièrement flippant en top des recherches. On avait bien dit qu’ils n’étaient pas prêts à nous rejoindre... En Hongrie il y a un peu de tout dans le pire, avec du « grandpa gay » qui côtoie le bondage et le « scat » (scatophile, ou l'amour des excréments). Et en République Tchèque, on se masturbe sur du « fist ffm » (fist pour poing, introduits dans un orifice sexuel, et ffm pour female female male) et de la « castrated shemale » (transexuel castré), ce qui est quand même vraiment… troublant. Et précis, aussi.

Si l’homosexualité se retrouve un peu partout où elle n’est pas très acceptée dans la société, la Lybie arrive en tête avec son « Silver daddies gay » (papi au cheveux gris) en recherche porno numéro un. Le Kenya préfère de la « monster cock (gay) » (grosse b..., pour traduire franchement), et l’Afrique du Sud culmine à quatre recherches à connotation homo dans son top 10. Ce qui reste moins que le Japon, où c’est la moitié des tags qui sont dédiés aux plaisirs entre hommes. Et au Kazakhstan, le « russian boy (gay) » domine les charts. Surprenant, n’est-ce pas ? Le Vénézuela reste toutefois le pays le plus gay friendly, avec huits tags à caractère homosexuel sur les 10 du classement.
Au Maroc on cultive un certain paradoxe, avec « anorexic »  en troisième position, suivi immédiatement par « big ass ». On sait se montrer francophile aussi, avec « mon pote » ( ?!) en neuvième place. Touche pas à mon pote ! Enfin si, allez, si tu veux… La Chine défie quant à elle toutes les règles de la géopolitique en plaçant le tag « Japan » en première position. Les Pakistanais, eux, regardent l'ennemi se faire sodomiser. On le répétera jamais assez, faites l’amour, pas la guerre.

 

Par http://www.marianne.net

Publié dans Dans l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article