Otages du Niger : trente-sept mois de captivité

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

Retour sur ces trois longues années, 1139 jours de détention pour Daniel Larribe, Marc Féret, Thierry Dol et Pierre Legrand.

 

 

Le calvaire commence le 16 septembre 2010 à Arlit (nord du Niger), où ils travaillent sur le site Arlit d'extraction d'uranium pour les sociétés Areva et Vinci. Les Français sont enlevés dans leur maison, en pleine nuit, par un groupe armé.

Les otages détenus par Aqmi, Al Qaeda au Maghreb islamique, sont d'abord au nombre de sept : cinq Français dont une femme ; un Malgache et un Togolais. Un premier espoir en février 2011 : François Larribe, atteinte d'un cancer, est libérée, ainsi que les deux otages malgache et togolais. Pour les quatre autres, la libération sera longue à se dessiner. Cette vidéo diffusée en août 2012 par les ravisseurs les montre très amaigris.

Tournant au début 2013, avec l'opération Serval au Mali. Les otages auraient été localisés dans le massif des Ifoghas - mais après des semaines de combat, toujours rien. Parallèlement, en France, les familles des otages se mobilisent et interpellent les autorités. Enfin, ce 28 octobre, ils sont libérés. Il était temps : la dernière preuve de vie, il y a quatre mois, les montrait exténués et menacés de mort.

Commenter cet article