Marseille : Patrick Mennucci traitant Samia Ghali "d'arabe"

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !



 
 
 
 

Alors que débutait la séance de l'assemblée de la communauté urbaine de Marseille, le vainqueur des primaires socialistes a dérapé en qualifiant son ancienne adversaire socialiste Samia Ghali d'"Arabe".

En guise de boutade, le député PS invite le maire UMP du 4e et 5e arrondissement Bruno Gilles à l'applaudir. "Je vais plutôt crier Samia, Samia", lui répond alors le sénateur, comme les députés UMP l'avaient fait mardi à l'Assemblée nationale.

Patrick Mennucci réplique sans tarder : "Ce sera bien la première fois que tu applaudirais une Arabe...". Aussitôt, Bruno Gilles le traite de "raciste" alors que les élus UMP s'agitent dans les rangs.

La séance est suspendue et Samia Ghali quitte l'hémicycle, sans faire de commentaire.

Le groupe de droite a "pris la décision de ne pas siéger suite à ces propos racistes", a raconté à l'AFP Bruno Gilles, qui a annoncé le dépôt d'une plainte pour "diffamation et injure publique".

Le maire UMP a également indiqué qu'il allait "écrire aux instances du parti socialiste pour demander l'exclusion de M. Mennucci, malgré ses excuses".

Selon le sénateur, il s'agit d'"un acte très grave, une provocation de plus après les nombreux ratés de la primaire". "C'est scandaleux dans la bouche d'un candidat à la mairie de Marseille", a-t-il jugé.

"Je n'aurai pas dû qualifier Samia Ghali par ses origines, reconnaît Patrick Mennucci sur le site d'informations Marcactu.fr. C'est une connerie que je mets sur le compte de la fatigue".

"C'est une phrase inappropriée parce qu'elle qualifie la personne de Samia Ghali selon son origine, mais elle est prononcée à l'égard d'une personne et d'un parti dont je connais les convictions xénophobes, notamment ses alliances passées avec le Front national et l'appartenance de Bruno Gilles dans sa jeunesse à l'extrême droite", a réagi M. Mennucci.

"Pour moi, le mot 'arabe' n'est pas péjoratif, je l'utilise régulièrement pour expliquer la diversité de la communauté des Marseillais", a-t-il encore dit à l'AFP.

"C'est parce que la droite marseillaise utilise le mot 'arabe' comme une insulte qu'elle crée cette polémique", a-t-il poursuivi

 

Par http://www.jeanmarcmorandini.com

Publié dans Dans l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article