Les 4 offrandes faites au Front National

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

L’application que les principales formations politiques mettent à tracer un boulevard pour le parti de la famille Le Pen est une source permanente d’interrogations.


Claude Paris/AP/SIPA
Claude Paris/AP/SIPA
Au nom de Marianne, la responsabilité m’incombe d’intervenir fréquemment sur les télés et les radios à propos de l’actualité politique. Y reviennent en boucle et par saccades les sujets de l’heure, du jour, de la semaine – jamais plus, jamais plus loin : Sarkozy veut-il, peut-il, revenir ? Pourquoi les chefs de l’UMP se haïssent-ils à ce point ? Jusqu’à quel point les Français supporteront-ils la pression fiscale ? Le bijoutier de Nice était-il en légitime défense et fallait-il ou non l’embastiller ?

Questions mécaniques ; réponses tout aussi mécaniques. Et voilà que cette semaine, sur i-télé, j’ai pété un câble, j’ai crié, hurlé, vitupéré, attitude peu usuelle dans cette univers si policé : l’excellente Sonia Chironi m interrogeait sur une note "secrète" de la sous-ministre Michèle Delaunay "révélant" que les retraités commençaient à se reporter massivement sur le Front National.
Parce que nous avons d’une "note secrète" pour le savoir ? Parce que nous avons besoin d’une "note secrète" pour comprendre qu’il n’existe aujourd’hui qu’un seul et unique pôle de stabilité dans la politique française, le Front National bien entendu ?
Faut-il le rappeler ?
1. L’UMP est détruite. Les détestations personnelles mâtinées de désaccords ont efface toute hypothèse de reconstruction et de solidarité politiques. Les vieux se haïssent ; les jeunes se méprisent. Et les Français, tous les Français, le savent.
Et puis, il y a l’affaire Fillon, le scandale Fillon ai-je envie d’écrire, moi qui supporte pourtant mal l’utilisation excessive de ce mot-scandale — en politique. Mais là ! Cette construction minutieuse, délibérée, confirmée déclaration après déclaration, d’un avenir commun à la droite UMP et au Front National ! Fillon le bourgeois, Fillon le convenable, Fillon le si propre, le trop propre sur lui qui, soudain, déborde Sarkozy et Copé sur leur droite ! Fillon le démagogue auprès duquel Sarkozy et Copé passent désormais pour des modérés ! Marine Le Pen en rêvait ; François Fillon passe à l’acte !
2. L’espoir Bayrou est en état de mort clinique. 20 ans d’efforts — et nous avons accompagne ce mouvement dans l’Événement du Jeudi puis dans Marianne -  pour qu’un centre véritable dépasse les clivages droite-gauche et puisse servir, selon les circonstances, de point d’ancrage républicain. Terminé, retour à droite, triomphe posthume de Jean Lecanuet, banalisation et crash d’un destin politique. 10 % des Français au moins étaient attachés à cette démarche. Et vous imaginez que cette déconfiture ne fait pas aussi le jeu de Marine Le Pen au moment précis ou tout lui sert ?

3. Le naufrage politique des socialistes se confirme jour après jour. Cela ne nous réjouit pas, c’est ainsi. Chantage pratique par les Verts, pas le moindre leader audible, des ministres inexistants, un président ridiculisé par Poutine et par... Obama dans l’affaire syrienne.  Et l’on pourrait poursuivre cette litanie.

4. Jean-Luc Mélenchon et la gauche de gauche se sont installés dans la pire des postures politiques : ils sont inaudibles et, plus grave encore, inefficaces, contre-productifs, incapables de contrecarrer pour de vrai, pour de bon, la moindre initiative du FN. Car le rôle historique de la gauche de gauche, ce ne peut pas être exclusivement d’accabler la social-démocratie, la plupart de ces critiques étant par ailleurs justifiées ; le rôle historique de la gauche de gauche, c’est aussi de combattre l’extrême-droite en proposant des alternatives à un électorat dit "populaire" qui n’hésite plus a voter FN, et de façon massive.

Or Mélenchon, et c’est une catastrophe politique, s’est « bo-boisé », ses sorties "anti-fascistes" contre le ministre de l’Intérieur Manuel Valls l’ont ridiculisé, son libertarisme sociétal est incompréhensible pour tant de Français.
1+2+3+4 : vous doutez encore, vous, que le Front National domine la vie politique de notre République ?  
Par Maurice Szafran - http://www.marianne.net/

Publié dans Dans l'actualité

Commenter cet article