La parenthèse africaine de Ségolène Royal

Publié le par MoDem76

 

La présidente de Poitou-Charentes est intervenue jeudi au congrès de l'Internationale socialiste, au Cap.

 

En Afrique du Sud, la vice-présidente de l'IS a appelé les partis socialistes à apporter des «solutions concrètes» quand ils arrivent au pouvoir.
En Afrique du Sud, la vice-présidente de l'IS a appelé les partis socialistes à apporter des «solutions concrètes» quand ils arrivent au pouvoir. Crédits photo : Phaladi Khesa/Politician Magazine (RSA)
  •  

 

Se reconstruire, loin du PS. Ségolène Royal s'est exprimée jeudi devant le 24e congrès de l'Internationale socialiste (IS), qui rassemble 160 partis socialistes, travaillistes et sociaux-démocrates du monde entier. La présidente de la région Poitou-Charentes, vice-présidente de l'IS depuis 2009, avait anticipé de quelques jours son arrivée en Afrique du Sud, officiellement pour «s'imprégner de la réalité du pays» avant l'ouverture du congrès. Une bouffée d'oxygène pour celle qui est encore en pleine convalescence, après sa cuisante défaite aux législatives contre un dissident PS, Olivier Falorni.

«Elle n'avait pas envie de retourner trop tôt dans l'arène»

Pour Royal, c'était un prétexte tout trouvé pour éviter de se rendre à La Rochelle, où les socialistes ont fait leur rentrée le week-end dernier, lors de leur traditionnelle université d'été. Pas question pour elle de fouler cette «scène de crime», sous le regard des curieux et des médias ; encore moins de croiser celui qu'elle avait qualifié de «traître», au soir de la défaite, et qui a pris un malin plaisir à s'afficher sur le port de La Rochelle. «Elle se prépare à une petite traversée du désert, explique l'un de ses proches. Elle n'avait pas envie de retourner trop tôt dans l'arène. Elle a beaucoup souffert. Elle a besoin de se reconstruire, prendre le temps de préparer un nouveau départ.»

À la tribune, vêtue de son immuable veste rouge, la présidente de Poitou-Charentes a rappelé que les électeurs français avaient mis fin, le 6 mai, à «dix ans de droite et cinq ans de sarkozysme». Ce qui ne suffit pas, a-t-elle laissé entendre. L'ex-candidate à la présidentielle de 2007 a en effet appelé les partis socialistes à apporter des «solutions concrètes» quand ils arrivent au pouvoir. Et à ne pas se contenter de déclarations d'intention. «Nous venons d'entendre un réquisitoire implacable sur le fonctionnement de l'économie financière (le précédent intervenant, Phil Angelides, était américain, NLDR). Mais c'est Barak Obama qui est au pouvoir aux États-Unis! Ce qui est important, au-delà des constats, c'est ce que nous faisons quand on est au pouvoir. Nous avons le devoir d'agir.»

«Pardon, au nom de la France»

Manière subliminale, pour elle qui n'a aucune place dans le dispositif présidentiel, de rappeler Hollande et le gouvernement à leurs responsabilités, même si elle a pris soin de vanter les premières mesures prises par l'exécutif en France: encadrement des loyers, emplois d'avenir, abrogation de la «circulaire Guéant» sur les étudiants étrangers, hausse de l'impôt sur la fortune, etc.

Comme elle l'avait fait au Sénégal en 2009, elle a demandé «pardon, au nom de la France», pour le discours de Dakar prononcé par Nicolas Sarkozy en juillet 2007 (il y avait déclaré que «l'homme africain n'est pas entré dans l'Histoire»). Elle a enfin rendu un hommage appuyé à Nelson Mandela, à ce «courage» qui «inspire».

Heureuse de s'extirper du «brouhaha» politicien, Ségolène Royal s'est rendue mercredi au cap de Bonne-Espérance, dont elle a vanté «la beauté éblouissante». «C'est tout un symbole, a-t-elle résumé à la tribune de l'IS. C'est bien d'espérance que tous ceux qui souffrent ont besoin.» Peut-être, en parcourant ces plages infinies de sable blanc, a-t-elle aussi pensé à elle.

 

LIRE AUSSI:

» Ségolène Royal: «Je ne suis pas indispensable au PS»

» Aubry et Royal cherchent leur place

» À La Rochelle, les législatives ont laissé des traces

Par Solenn de Royer - http://www.lefigaro.fr/

Publié dans Dans l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article