La nuit blanche de Hollande à l'Elysée cherchant à obtenir un exemplaire du Closer sur Julie Gayet

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !



 
 
 
 

C'est un incroyable récit dans Le Monde sur la nuit blanche à l'Elysée , la veille de la sortie du magazine Closer qui révélait la relation entre François Hollande et Julie Gayet.

Un article passionnant dans les coulisses de l'Etat écrit p ar Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin .

Voici quelques extraits de cet article, qui raconte comment le Président et ses plus proches collaborateurs étaient à la recherche d'un exemplaire de Closer:

" Ils sont deux, six, puis quatre, ou trois, autour du président.

Des hommes, uniquement.

Une drôle de réunion de travail, foutraque et improvisée, où des ombres passent et repassent, où les portes s'ouvrent et se ferment, comme dans un décor d'opérette.

La nuit est tombée depuis longtemps sur le palais de l'Elysée.

Au premier étage du « château », ce jeudi 9 janvier, les lumières restent allumées. (...)

Alors que l'hebdomadaire est déjà sous enveloppe dans les centres postaux partout en France, que des rédactions et des élus savent ce que les paparazzis ont réussi à saisir , que, dans l'après-midi, le président s'est fait raconter par quelques députés amis les grandes lignes – les grandes images, plutôt – du scoop sacrilège, l'Elysée attend. (...)

Ce n'est qu'un peu avant minuit qu'un motard déboule dans la cour de l'Elysée.

Il porte à Aquilino Morelle, qui s'impatiente sur le gravier, le numéro blasphématoire.

Le conseiller s'est résolu à appeler son ami Manuel Valls, qui a lui-même téléphoné au préfet de police de Paris .

Le président obligé de quémander le magazine people qui l'humilie auprès de ce ministre de l'intérieur plus populaire que lui ! (...)

Ce jeudi soir, c'est pourtant bien à l'Elysée même que ça « dysfonctionne ».

Et que François Hollande improvise cette étonnante réunion de crise nocturne dans son bureau.

Tout ce qui arrive contrevient à la ligne que le candidat socialiste s'était fixée durant la campagne.(..)

Le président poursuit sa nuit blanche, pour organiser , à 5 heures du matin, l'hospitalisation de Valérie Trierweiler à la Pitié-Salpêtrière.

La compagne, défaite, doit quitter le Palais, comme une discrète exfiltration qui ne dirait pas son nom."

L'intégralité de cet article à lire sur le site du Monde: ICI

Publié dans Médias

Commenter cet article