Gauche masochiste, gauche suicidaire

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

Le sort politique et moral de la France, cinquième puissance mondiale, est à la merci d'une famille kosovare expulsée dans le strict respect des règles de droit. D'où cette interrogation de bon sens: pourquoi la France, ce grand pays, est-elle plongée dans pareille dinguerie?


Mitrovica, Leonarda Dibrani, PLAVEVSKI ALEKSANDAR/SIPA
Mitrovica, Leonarda Dibrani, PLAVEVSKI ALEKSANDAR/SIPA
Destruction d'une majorité et d'un président de la République. Auto-destruction de la gauche. Suicide en direct dans la rue et sur les chaînes d'info. Accélération de la mise en pièces d'une société dépressive. Démonstration en une semaine et en un weekend d'octobre 2013. Démonstration en quelques points.
 
1. LIRE LA PRESSE INTERNATIONALE
Sidération des principaux éditorialistes britanniques, italiens, espagnols, canadiens, gauche et droite confondues, libéraux et sociaux-démocrates mêlés: depuis quelques jours, constatent-ils, le sort politique et moral de la France, cinquième puissance mondiale, est à la merci d'une famille kosovare expulsée dans le strict respect des règles de droit. D'où cette interrogation de bon sens: pourquoi la France, ce grand pays, entonnent-ils en choeur, est-elle plongée dans pareille dinguerie? Uniquement parce que, chaque jour, le Front National progresse davantage et que leurs adversaires, tous leurs adversaires, disjonctent, paniquent, s'enfoncent? Ou, à l'inverse, le Front National n'est-il que le symptôme le plus pervers de cette langueur française?
 
2. POURQUOI LE PRESIDENT A-T-IL PARLE?
Les Français attendaient le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, éventuellement le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault. En aucun cas, le chef de l'Etat dans une fonction de déminage. Le double objectif? Eviter que Valls et Ayrault s'empaillent davantage; éviter d'avoir à choisir avec clarté entre les deux. Hollande y-est-il parvenu? On s'en moque!

Quitte à intervenir, qu'il nous parle. Qu’il nous livre enfin sa pensée sur l'immigration et qu'il définisse la politique qu'il entend mener et faire conduire. Qu'il sorte de la tactique, qu'il élabore une stratégie.

Apparemment, c'est trop demander au président de la République. Apparemment, il persiste à estimer que l'ambiguïté, la demi-mesure et le double discours (quand il n'est pas triple) lui sont non seulement utiles mais indispensables. Nous autorise-t-il à lui rétorquer qu'il s'égare?
 
3. IL NE MANQUAIT PLUS QU'ELLE... Depuis l'école communale de son enfance à Angers, Valérie Trierweiller a estimé indispensable de donner son avis. Position à la fois juste et...banale: nécessité de "sanctuariser" l'école davantage encore. Qui peut s’y opposer. Mais à l'évidence aussi, ton acrimonieux envers Valls- c'était fort bien porté à gauche la semaine dernière et Mme.Trierweiller n'allait tout de même pas échapper à cette passion nouvelle et partagée...

S'est-elle exprimée de son propre chef? Etait-elle commanditée par son compagnon pour commencer à rassurer l'aile gauche du PS? L'ensemble des médias se sont doctement questionnés sur le double point. Vous voulez savoir: on s'en fiche. Eperdument.
 
4. LA SOUFFRANCE DES MOTS (ET DES MAUX) 
Retenons l'utilisation d'un mot, d'un seul - rafle- utilisé jusqu'à la nausée des "responsables" PS et de la gauche de la gauche. La nausée, bien sûr; des irresponsables bien entendu, des banalisateurs (qu'on m'excuse ce mot), des négationnistes, des vrais en réalité. Car le mot rafle renvoie- et c'est voulu, c'est l'effet recherché-  à l'occupation nazie et à la collaboration, à l'opération du Vel d'Hiv, à la déportation des juifs et des enfants juifs. Comment et pourquoi osent-ils ce sacrilège, en particulier Jean-Luc Mélenchon si féru d'histoire et que nous avions défendu ici quand certains l'accusaient, avec une franche saloperie intellectuelle, d'antisémitisme.

Ils savent bien que c'eut été une chance et un bonheur si, en 1942, les enfants juifs avaient été "raflés" comme la jeune kosovare et avec d'identiques conséquences. Alors pourquoi tant d'ignominie? D'ignominie politique? D'ignominie morale chez ceux, précisément, qui revendiquent la confusion entre politique et morale?
 
5. PARCE QU'IL FAUT DETRUIRE VALLS!
Il faut chasser du gouvernement le ministre lepéniste. C'est officiellement la position de Mélenchon et du Parti de Gauche. Une partie de la gauche du PS, d'une médiocrité intellectuelle sans pareille, a d'ailleurs fini par s'aligner, et fissa. Il faut le salir, le pourrir, pour tuer l'hypothèse d'une nomination de Valls à Matignon, après les élections européennes de mai 2014 et même après. La tactique la plus efficace, estiment ces démiurges crypto-gauchistes? Le fasciser! Cette diabolisation là est censée tout balayer, tout emporter sur son passage a gauche.
Et s'ils avaient raison?
Et s'ils avaient gagné?
Et s'ils avaient réussi en le droitisant jusqu'au spectre fasciste à couper à jamais Valls d'une partie (plus ou moins importante) de l'électorat de gauche, interdisant ainsi à l'ultra prudent et à l'ultra tactique Hollande de le poser tôt ou tard à Matignon?
 
6. À GAUCHE, INTERDIT D'ETRE POPULAIRE...
Les Français l'écoutent; c'est la preuve qu'il fait du populisme - l'injure suprême dans la gauche bourgeoise - et Valls doit donc payer. Des Français de droite ne dissimulent pas qu'ils sont eux aussi sensibles à ses propos; là, il ne s'agit plus de populisme, le chef des policiers est un jumeau dénaturé de Marine Le Pen. Ils le disent, ils l'écrivent, ils l'assument.
 
7. UNE SEMAINE DE REVE POUR LE FRONT NATIONAL!
Ca vous étonne encore...
Par Maurice Szafran - http://www.marianne.net

Publié dans Dans l'actualité

Commenter cet article