François Hollande : pas si mou, finalement…

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

«L'affaire Gayet» chasse «l'affaire Leonarda». Les feuilletonistes peuvent être rassurés : il y a un coq à l'Elysée.


Remy de la Mauviniere/AP/SIPA
Remy de la Mauviniere/AP/SIPA
Les « séquences », comme disait Nicolas Sarkozy, se suivent et ne se ressemblent pas : après la séquence « Léonarda » et la séquence « Dieudonné », voici la séquence « Julie Gayet ».   

L’affaire Léonarda fut une vraie catastrophe pour François Hollande. L’affaire Dieudonné est une vraie catastrophe pour la République et les libertés publiques et l’on n’a pas fini d’en éprouver la honte et d’en payer les conséquences. Mais elle aura au moins servi à Manuel Valls pour étouffer l’autre événement de la semaine dernière : le surprenant bilan (accablant) en matière d’insécurité fait par le numéro 3 de la gendarmerie nationale, le Général Soubelet qu’il avait lui même nommé et qui n’en peut manifestement plus de voir l’action des policiers et des gendarmes ruinée par la politique pénale.

Le Général en plein burn out n’a été ni limogé ni démenti par le Ministre de l’Intérieur qui s’est empressé de déclarer « l’incident clos » pour s’occuper plutôt du délinquant Dieudonné, dont la malfaisance, entre parenthèse, s’explique d’abord par le laxisme judiciaire dont il est, comme beaucoup d’autres, un des bénéficiaires… 
    
L’affaire Gayet, purement privée, présente heureusement moins d’effets nocifs pour la République. Elle est même porteuse d’effets publics favorables à François Hollande. Il a dû le sentir puisqu’il semble avoir tout fait pour cela. Il devait bien savoir depuis cet été que ses petites pérégrinations en scooter dans les rues de Paris, casqué ou pas, pour retrouver son admiratrice, se termineraient en grosse affaire médiatique. C’était même le vouloir très fort que de s’y prendre ainsi…  

Ajoutons qu’une fois découvert il n’était pas obligé de faire un communiqué ne démentant rien et dénonçant une atteinte à la vie privée tout en ne demandant pas la saisie de Closer : cela ressemble fort à un faire-part de rupture envoyé à Valérie Trierweiler et à une officialisation à destination des Français.

La nouvelle ne peut que les rassurer : il y a au moins un domaine où le Président sait ce qu’il veut et parvient à ses fins : une troisième compagne (car le séducteur ne se marie jamais) en moins de temps que Nicolas Sarkozy ! Et jamais des laiderons ni des femmes potiches, mais des fortes personnalités, avec lesquelles il a toujours le dernier mot, même s’il se débrouille pour ne pas le prononcer.  

La nouvelle de la « nouvelle » fait saliver les échotiers. Renaud Revel, auteur de Les Amazones de la République (First) n’en rêvait pas tant et commence à s’inquiéter : « François Hollande risque de connaitre des moments sportifs. Qu’en sera-t-il, par exemple, de sa visite au Vatican la semaine prochaine, qui verra la presse du monde entier épier la présence ou non, à ses côtés, de Valérie Trierweiler devenue l’attraction du moment? Et comment gérer et expliquer l’absence de cette dernière dans les voyages officiels à venir: une disparition qui ne manquera pas d’alimenter un feuilleton, qui ne fait que démarrer ».


Que Renaud Revel ne panique pas : on le sait, les Français ont besoin de savoir qu’il y a un coq à l’Elysée, et ce feuilleton pourrait bien être la meilleure chose qui arrive à François Hollande depuis son élection…
Par Eric Conan - http://www.marianne.net

Publié dans Dans l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article