Et si l'affaire Buisson était un Sarkoleaks

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

Comment penser autrement ? Les coïncidences sont trop nombreuses. L'évidence saute aux yeux. Et l'UMP vit un nouveau cauchemar.


Patrick Buisson - IAFRATE PATRICK/SIPA
Patrick Buisson - IAFRATE PATRICK/SIPA
Le Point avait accusé l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy d'avoir enregistré son patron à l'Elysée, à l'insu de son plein gré. Voici que le Canard Enchaîné publie quelques extraits. 

Patatras...
Buisson, le boulet

Nicolas Sarkozy devait virer Patrick Buisson. L'homme lui a fait perdre l'élection présidentielle de 2012. Pour la France, le même conseiller, ancien d'extrême droite jamais reconverti, a poussé son opportuniste de patron à casser toutes les digues idéologiques qui attachait la droite républicaine à la République. On mesure encore combien Nicolas Sarkozy suivant cette ligne Buisson a dégradé la politique toute entière. Buisson ne voyait la France que chrétienne, presque catholique, avant d'être républicaine.   

Sarkozy devait se débarrasser de BuissonL'homme était encombrant. Apprendre qu'il a espionné son propre patron au bureau est quelque chose de stupéfiant. Après avoir nié - et menacé de porter plainte, Buisson a reconnu les faits, devant l'évidence. 

Sarkozy pense à 2017. Il y a fort à faire. Sarkozy est prêt à tout, sauf à un programme. On le sait depuis longtemps. 

Dans les colonnes du Canard Enchaîné ce 5 mars, les extraits de l'un des enregistrements clandestins réalisés par Patrick Buisson quand il traînait à l'Elysée sont édifiants. On imagine l'immense feuilleton qui débute. Pour l'heure, le Canard ne dévoile qu'un moment, le verbatim du 27 février 2011 après-midi. Sarkozy va remanier.

On lit, on entend la voix calme et précise de Patrick Buisson, un summum de complaisance fayotte à l'encontre du Monarque de l'époque (« C'est très bien », « c'est pas mal », « c'est très fort », « Je trouve que tu fais très présidentiel » ; « Entre la manière dont tu apparais et ce que tu fais, il y a un président dont la densité ne cesse de monter. ») 

Il n'est pas certain que Sarkozy en sorte indemne. On le (re)découvre sans pitié pour ses proches, comme lorsqu'il éjecte l'ami de 30 ans, Brice Hortefeux, du gouvernement. 

Sarkozy inquiet...

Lire la site sur le blog Sarkofrance Saison 2

Publié dans Dans l'actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article