Cigarette électronique : bientôt le e-joint ?

Publié le par Ce qu'il ne fallait pas rater !

Le produit est tabou et pourtant, en dehors des diverses législations, aucun obstacle physique ne s’oppose à son existence. Le joint électronique remplacera-t-il un jour le pétard roulé ?


Cigarette électronique : bientôt le e-joint ?
Selon une récente étude, il paraîtrait que fumer un joint équivaudrait à fumer entre 2,5 et 5 cigarettes, en terme de dégâts infligés à nos poumons. Mais ça, c’était avant. Depuis que la cigarette électronique s’est invitée dans notre quotidien, fumer est devenu moins nocif. En extrapolant un peu, pourrait-on imaginer un joint qui serait débarrassé des effets négatifs liés à l’action de fumer ? Pour répondre à la question, il faut d’abord se pencher sur le mode de fonctionnement de la cigarette électronique.
 
Une e-clope produit de la vapeur destinée à être inhalée. Pour ce faire, l’utilisateur enclenche le chauffage d’une résistance, qui chauffe un liquide pouvant s’évaporer à une température proche de 50 degrés. Pour obtenir un e-joint, il faudrait donc que le liquide contienne du THC, la molécule aux vertus psychotropes contenue dans le cannabis. De nombreux internautes ont tentés de résoudre ce problème. Sur des forums spécialisés, ils partagent ensuite leurs recettes :


Cigarette électronique : bientôt le e-joint ?
Des tutoriaux sont également disponibles sur Youtube.

Tous ces témoignages concluants semblent prouver que la création d’un joint électronique est à la portée de tous. Il est à noter qu’un rapport de l’office français de prévention contre le tabagisme déconseille fortement toute intervention manuelle sur les e-liquides. Mais même sans jouer les MacGyver de la clope, certaines sociétés proposent désormais à la vente des e-liquides aromatisées au cannabis et contenant le fameux stupéfiant.


Cigarette électronique : bientôt le e-joint ?
Ces produits sont bien évidemment interdits à la vente en France, mais pas en Californie ni au Canada où l’usage du cannabis est autorisé à des fins thérapeutiques. Ainsi, moyennant prescription, il est déjà possible de fumer des e-joints. La cigarette électronique étant un moyen efficace de sevrer des fumeurs, il est aisé de comprendre pourquoi l’existence du e-joint est tenue la plus discrète possible.
 
Pourtant, tout ce qui est susceptible d’améliorer la santé de millions de consommateurs quotidiens à travers le monde devrait être analysé avec attention. Tout comme pour la cigarette électronique, des études devraient être menées sur le joint électronique afin de déterminer son intérêt sur le plan médical. Quant aux risques liés à la médiatisation du e-joint, on peut déjà constater que les consommateurs n’ont pas attendu une quelconque publicité pour tenter leurs propres expériences de petits chimistes.
 
 

Par Alexandre Coste - Marianne

 

Publié dans Dans l'actualité

Commenter cet article